Avril 2015  
 
Nouveaux naufrages en Méditerranée : les Etats membres doivent prendre leurs responsabilités
 
-

"Le nouveau chavirage survenu en Méditerranée relance le débat sur l’impuissance de l’Europe. Mais quelle hypocrisie de la part des Etats européens qui désignent l’Union européenne comme la coupable. L’Union européenne a-t-elle une marine pour sauver les naufragés ? Non. L’Union européenne a-t-elle une armée pour stabiliser la Syrie ou la Libye ? Non. L’Union européenne a-t-elle des gardes-côtes pour patrouiller ? Non. L’Union européenne a-t-elle des avions ou des hélicoptères pour porter secours aux boat-people ? Non", a déclaré, le 20 avril, Philippe Juvin (UMP, Île-de-France), porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

"Ces Etats européens et ces responsables politiques qui désignent l’Union européenne comme la responsable du drame, tentent de faire oublier leur inaction coupable. Et pourtant ni la Commission européenne, ni le Parlement européen n’ont les moyens d’agir parce que les Etats européens, qui crient au scandale, refusent de leur donner ces moyens.

Rappelons ce fait fondamental : le contrôle des frontières est sous la stricte responsabilité des Etats, pas sous celle de l’Union. L’agence européenne Frontex n’est chargée que de coordonner les politiques nationales ; or ce sont ces politiques nationales qui sont déficientes. Frontex est en outre dotée par les Etats européens d’un très faible budget, deux avions et un seul hélicoptère ... Les Etats européens coupent les ailes de Frontex et lui reprochent de ne pas savoir voler. Ils reprochent à l’Union européenne une inaction qu’ils lui imposent", a-t-il expliqué.

"Monsieur Hollande, Madame Merkel, Monsieur Renzi, donnez des moyens à Frontex et cessez de définir chacun dans votre coin vos politiques de migration. Surtout, cessez cette hypocrisie, cessez de vous cacher derrière l’Union européenne, car la vérité est simple : l’Union européenne, c’est vous aussi", a conclu Philippe Juvin.

> Lire l’intégralité du communiqué