Avril 2015  
 
Abus de position dominante de Google : la Commission crée les conditions pour un marché unique digital
 
-

"Il faut saluer la décision de la Commission européenne de relancer le cas Google, accusé d’abus de position dominante. Car cette décision dépasse Google et engage la compétitivité économique européenne", a déclaré, le 15 avril, Philippe Juvin (UMP, Île-de-France), porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

"Cette décision est une bonne décision même si elle arrive tardivement. J’avais, le premier, personnellement saisi la Commission européenne dès 2010 de cet abus de position dominante de Google. A l’époque, Google avait quasiment fait disparaitre la société britannique Foundem de ses moteurs de recherche au profit de sociétés contrôlées par elle.

Pendant 5 ans, la Commission européenne a malheureusement tenté de composer avec le géant américain de façon parfois trop bienveillante. C’est grâce à la vigilance du Parlement européen qu’une négociation trop favorable à Google a pu être évitée. Aujourd’hui, la Commission européenne a changé de philosophie et se veut inflexible : ce revirement de position est dû à la volonté du Président Juncker. Il faut le féliciter de cette attitude claire", a expliqué l’eurodéputé.

"Mais cette décision dépasse le cas Google. Elle illustre la volonté de l’Europe de s’engager dans l’économie digitale. La transformation de l’économie classique vers l’économie digitale est en marche. On estime ainsi que bientôt, plus de 75% de l’économie sera digitale. Mais pour décoller, celle-ci doit bénéficier de la confiance des consommateurs et des entreprises. Or, en imposant ses propres sociétés dans les résultats de ses moteurs de recherche, Google trahissait cette confiance et mettait en péril le futur de cette économie digitale. C’est pour cette raison qu’il fallait clairement sanctionner le géant américain. Par cette décision, Jean-Claude Juncker ouvre la voie à ses projets de faire du marché unique européen le grand marché digital de demain".

"Cette mesure découragera les autres GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) d’abuser de leur position dominante, pour que le futur marché unique numérique soit le plus transparent possible", a conclu Philippe Juvin.

> Lire l’intégralité du communiqué