Avril 2015  
 
Biocarburants/ CASI : les eurodéputés votent un accord équilibré !
 
-

Le 28 avril, Angélique Delahaye (UMP, Massif-central, Centre) s’est félicitée du vote en session plénière de l’accord sur la proposition de directive relative au changement indirect d’affectation des sols (CASI ou ILUC en anglais).

Ce rapport, qui présente un enjeu fondamental pour l’ensemble des acteurs concernés par les biocarburants, vise à mettre en balance les investissements déjà réalisés par de nombreux industriels dans ce domaine, les mesures à prendre pour encourager le développement de nouvelles générations de biocarburants, et les conséquences alimentaires et environnementales d’un changement d’affectation des sols.

"Tout au long de la négociation - avec mes collègues du Groupe PPE - nous avons défendu une position équilibrée. Nous étions minoritaires en commission de l’Environnement du Parlement européen, face à une coalition S&D-ALDE-Verts-GUE-EFDD, mais je me réjouis de voir nos idées triompher en plénière !" a expliqué la députée.

"Notre rôle n’est pas de changer d’orientation en cours de route - comme certains députés souhaitaient le faire - mais plutôt d’accompagner et d’encourager un changement de cap afin de répondre aux besoins environnementaux mais aussi de ne pas détourner les citoyens de l’Union européenne".

"Je regrette toutefois que nous n’ayons pas pu aller jusqu’au bout de la logique de l’encouragement des nouvelles générations de biocarburants en ne mettant pas en place un objectif contraignant au niveau européen. Le Conseil s’est opposé à cette idée même s’il a fourni au Parlement certaines garanties visant à encourager ce type de biocarburant" a poursuivi la députée européenne.

"Enfin, je me réjouis du fait que cet accord reflète la position de notre Groupe sur la question du facteur ILUC. Le calcul de ce facteur sur la prise en compte des effets liés aux changements indirects dans l’affectation des sols est scientifiquement contesté et il aurait été absurde de l’intégrer en l’état dans la directive. Il faut poursuivre l’analyse de ce facteur, comme indiqué dans le texte voté aujourd’hui." a conclu Angélique Delahaye.

> Lire l’intégralité du communiqué

> Lire le rapport