Juin 2017  
 
Écarts de retraite H/F : quelque chose ne tourne pas rond !
 
-

« Les écarts de rémunération de retraite entre les hommes et les femmes s’élèvent en Europe à des niveaux avoisinant les 40%. Force est de constater que quelque chose ne tourne pas rond ! Face à cette situation intolérable, on ressent à la fois une profonde injustice à l’égard des femmes qui, arrivées à la retraite, perdent les moyens de leur autonomie financière et peuvent connaître des situations de grande précarité et de pauvreté, et la volonté de mettre tout en œuvre pour faire cesser cette situation scandaleuse », a déclaré Constance le Grip (LR, Île-de-France), rapporteur sur la stratégie de l’Union européenne pour réduire les écarts de retraite entre hommes et femmes, votée le 14 juin en session plénière du Parlement européen.

« Le Groupe PPE s’est toujours battu pour défendre les droits des femmes. Aujourd’hui, nous lançons un appel à tous les Chefs d’États et de gouvernements européens pour qu’ils prennent, avec l’aide de la Commission, le problème de l’écart de retraites à bras le corps et mettent en œuvre une stratégie efficace pour en finir.

Sans aller à l’encontre de la souveraineté des États de définir comme bon leur semble leur système de retraite, nous les invitons à donner toute sa valeur au travail des femmes en encourageant leur insertion sur le marché de l’emploi, en réduisant l’écart de rémunération avec les hommes (qui est toujours de 16,4%), et en améliorant l’équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle », a expliqué
Constance le Grip.

« Les écarts de pensions reflètent les disparités du passé qui s’expriment tout au long de la vie : temps partiels, arrêts de carrière plus long et plus fréquents, salaires moindres à travail égal, responsabilité disproportionnée des charges familiales, les femmes sont victimes de tant de petites inégalités qui finissent en s’accumulant par représenter un fossé inacceptable. Nous appelons également les États membres à se mobiliser pour lutter contre ces disparités et à ne pas uniquement mettre en place des mécanismes de correction des écarts de retraites a posteriori », a conclu la députée.

> Lire le communiqué de presse sur le site internet de la délégation française du Groupe PPE