Octobre 2017  
 
Harcèlement et abus sexuels dans l’UE : nous devons cesser de fermer les yeux
 
-

Le 25 octobre, Elisabeth Morin-Chartier (LR, Ouest) est intervenue au cours du débat sur la lutte contre le harcèlement et les abus sexuels dans l’UE.

« Notre institution à un devoir de sollicitude envers chaque membre. C’est un problème dont nous devons nous saisir. Nous devons sortir les femmes de l’humiliation et de la honte et nous devons cesser de fermer les yeux. Oui je préside le comité de lutte contre le harcèlement. J’y travaille avec énergie. Nous devons progresser sur trois points.

1/Libération des témoignages. Il faut mettre en place un réseau de personnes de confiance qui dans la proximité des uns et des autres doivent pouvoir écouter les victimes pour les aider à parler. Les victimes ont honte et ne parlent pas. Je traite les cas qui arrivent mais il faut libérer la parole.

2/Il faut aussi un médiateur entre l’institution et les victimes. Je ne suis pas pour qu’il y ait deux comités de lutte contre le harcèlement. Car entre harcèlement psychologique et sexuel la limite est tellement ténue. Ça commence par un et finit par l’autre. Donc, il faut une vraie cohésion. Il ne faut pas multiplier les structures, il faut que celle existante fonctionne de façon objective et avec l’aide d’experts.

3/ Enfin, ici, chacun doit être informé. Les députés doivent être informés. Il faut qu’ils aient conscience que le harcèlement n’est pas déontologiquement soutenable »