Décembre-Janvier 2018  
 
Brexit : un compromis salutaire, mais beaucoup reste à faire
 
-

« La présentation du rapport conjoint des négociateurs de l’Union européenne et du Royaume-Uni sur la première phase des négociations pour le Brexit est une première étape mais pas une fin en soi », a déclaré Franck Proust (LR, Sud-ouest), président de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« Il n’y jamais de bon divorce. Mais pour préparer l’avenir, il est nécessaire de se séparer sur des bases saines et claires. Malgré l’impréparation initiale d’un gouvernement britannique qui souhaitait noyer les termes de la séparation dans une négociation sur la relation d’avenir, l’Europe est parvenue à imposer son calendrier avec un rythme des négociations cohérent.

Cette première étape de la clarification est donc nécessaire, mais beaucoup reste à faire », a ajouté le député.

« Je me réjouis que le compromis respecte nos lignes rouges, définies au Parlement européen et érigées en priorités par le Négociateur en chef de la Commission européenne, Michel Barnier, concernant : la protection des droits des citoyens de l’Union au Royaume-Uni et des britanniques au sein de l’UE, le règlement des engagements financiers du Royaume-Uni envers l’Europe, la question territoriale et frontalière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord. De véritables garanties sont désormais sur la table.

Surtout, l’électrochoc du Brexit a été une chance pour renforcer l’unité au sein de l’UE ! Cette première phase de négociations a permis une mobilisation sans précédent des Européens qui sont déterminés à démontrer l’intérêt d’appartenir à une communauté de destins pour se développer et peser dans le monde.

Dans cette négociation inédite, parce que le chemin est encore long, ne baissons pas la garde, et continuons à défendre les intérêts des Européens avec réalisme et pragmatisme », a conclu Franck Proust.