Décembre-Janvier 2018  
 
Conférence de l’OMC à Buenos Aires : un échec électrochoc
 
-

« Nous regrettons vivement l’échec de la 11ème Conférence ministérielle de l’OMC
à Buenos Aires » ont déclaré, le 15 décembre, Tokia Saïfi (LR, Nord-ouest), Franck Proust (LR, Sud-ouest) et Alain Cadec (LR, Ouest).

« Cette rencontre a pourtant été l’occasion d’avoir une discussion sur de nombreux enjeux : les divergences entre pays développés et pays en développement, les frustrations, la politisation de l’OMC ou encore le besoin urgent de renouveler les juges de l’Organe de Règlement des Différends (ORD).

Parmi les différents sujets abordés lors de cette Conférence, l’un, au moins, aurait pu et aurait dû faire l’objet d’un consensus et d’une décision claire : celui de l’interdiction des subventions contribuant à la surcapacité, à la surpêche et à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, qui fait partie des engagements pris par les Nations Unies en 2015. Cela n’a malheureusement pas été le cas.

Comment peut-on faire passer les différends politiques avant ces objectifs concrets ? C’est le signe d’un monde schizophrène. Alors que tant de pays se vantent de l’Accord de Paris, on touche ici aussi à une question environnementale majeure : celle de nos océans. Il est du devoir des pays membres de l’OMC d’adopter les disciplines nécessaires à la réalisation des objectifs de développement durable en matière de pêche. Il en va de la survie de nos océans et de nos ressources marines !

Le multilatéralisme à une vitesse semble avoir sombré lors de cette conférence. Il est temps que les États se ressaisissent pour trouver un accord contre les subventions contribuant à la surcapacité, à la surpêche et à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée dès 2018 » ont conclu Tokia Saïfi, Franck Proust et
Alain Cadec.

> Lire le communiqué de presse sur le site internet de la délégation française du Groupe PPE