Mars 2018  
 
Investissements étrangers : l’Union européenne ne doit pas être un supermarché !
 
-

« Nous sommes à la recherche du temps perdu. La quasi-totalité de nos pays partenaires dispose déjà d’un tel mécanisme. Il est désormais nécessaire que l’Europe se dote à son tour d’un mécanisme permettant trois choses : la collecte, l’analyse et le partage d’informations sur le profil et le type d’investisseurs » a déclaré Franck Proust (LR, Sud-ouest) le 22 mars, à l’occasion de la présentation de son rapport sur le filtrage des investissements étrangers en commission du Commerce international.

« Pourquoi certains investisseurs se cachent-ils ? Qui sont-ils ? L’investissement a-t-il un objectif politique visant à acquérir des technologies pour qu’elles se retournent contre nous ? Voilà le genre de questions qu’il faut désormais se poser face à l’appétit vorace de puissances étrangères qui acquièrent des entreprises, filières ou technologies stratégiques en Europe. L’Union européenne doit être une vitrine, pas un supermarché ! »

« L’Europe doit rester ouverte aux investissements étrangers mais bien se prémunir d’investissements étranges. La Commission a fait une bonne proposition législative en ce sens mais qu’il convient de renforcer. Je propose notamment que tous les États puissent émettre des avis non-contraignants sur n’importe quel type d’investissement dans l’Union. Par contre, si un tiers des États membres et la Commission émettent un avis sur un investissement en soulignant le risque pour l’ordre public ou la sécurité, alors l’État membre dans lequel a lieu l’investissement doit trouver une solution avec ces derniers. Ce n’est pas un droit de veto mais c’est par une telle coopération renforcée que l’on pourra se prémunir des risques les plus évidents. »

« Sans tomber dans le protectionnisme, il est temps de montrer une fois de plus que l’Europe n’est plus naïve dans la mondialisation » a conclu l’eurodéputé.

Le vote interviendra au mois de mai en commission du Commerce international.

> Lire le communiqué de presse d’Anne Sander (LR, Est) à la suite du vote de l’avis de la commission des Affaires économiques sur le sujet