Octobre 2018  
 
La croisade des socialistes et des fédéralistes contre les contrôles aux frontières intérieures
 
-

Lors d’un vote en commission des Affaires intérieures au Parlement européen lundi 22 octobre, les socialistes et leurs alliés libéraux ont voté en faveur d’un affaiblissement des contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen.

Pour l’ancien Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux (LR, Auvergne-Centre-Limousin), qui reconnaît que le fonctionnement de Schengen doit être profondément repensé, « la direction prise par la commission parlementaire est l’expression très exactement contraire des préoccupations exprimées par les citoyens. »

« Les vagues terroristes de ces dernières années, dont la menace reste persistante, et les mouvements secondaires résultant de la pression migratoire de 2015 ont prouvé qu’une réforme profonde et structurelle de Schengen était nécessaire. Pour autant, ça ne signifie pas réduire de manière dogmatique la durée des contrôles ou interdire toute prolongation comme le prônent les socialistes alors que les circonstances le justifient ! », déplore le député européen.

En effet, le texte adopté réduit la durée des contrôles à un an maximum, prolongations comprises, alors que la Commission européenne proposait trois ans et interdit d’invoquer de nouveaux motifs alors que le risque migratoire et la menace terroriste peuvent être des motifs concomitants ou successifs.

> Lire le communiqué de presse sur le site internet de la délégation française du Groupe PPE