Octobre 2018  
 
Meurtre de Jamal Khashoggi : l’UE est dans son rôle lorsqu’elle fait entendre sa voix sur la scène internationale
 
-

Dès le 12 octobre 2018, Michèle Alliot-Marie (LR, Sud-ouest) a saisi le vice-président de la sous-commission des droits de l’homme et demandé une résolution d’urgence sur la disparition de Jamal Khashoggi.

Elle soutient donc la résolution, votée le 25 octobre, visant à faire la lumière sur l’intégralité des événements survenus.

L’Europe se situe totalement dans son rôle lorsqu’elle fait entendre sa voix sur la scène internationale pour demander et défendre les droits de l’homme et un travail impartial de la justice.

Michèle Alliot-Marie demande que les coupables soient sévèrement sanctionnés une fois la vérité établie.

Face à un événement aussi dramatique, le Parlement Européen a souhaité étendre sa résolution aux problématiques du respect des droits de l’homme et des libertés de la presse, en Arabie Saoudite comme dans tout le reste du monde.

Michèle Alliot-Marie vote en faveur de l’intégralité de la résolution B8-0498/2018, à
l’exception du point nº14, se référant à l’embargo sur les armes.

Ce point crée un risque de déséquilibre des rapports géopolitiques mondiaux déjà suffisamment fragiles et peut conduire à une déstabilisation de la coalition des pays arabes qui combat DAESH et le terrorisme.

> Lire le communiqué de presse sur le site internet de la délégation française du Groupe PPE