Novembre 2018  
 
L’UE va enfin pouvoir protéger ses pépites industrielles
 
-

« L’Europe à la traîne, c’est fini. Grâce à cet accord que j’ai négocié pour le Parlement européen, l’UE va enfin filtrer les investissements étrangers sur son territoire. Dans un monde où la concurrence économique fait rage, elle pourra protéger ses pépites industrielles », a déclaré Franck Proust (LR, Sud-ouest) à l’issue d’un trilogue décisif sur le filtrage des investissements étrangers le 20 novembre.

« Toutes les autres grandes économies mondiale - États-Unis, Chine, Canada - ont depuis longtemps un mécanisme de filtrage. Treize États membres de l’UE disposent déjà d’un tel mécanisme, mais rien n’était prévu au niveau européen jusqu’à présent. Nous étions à la recherche du temps perdu car nos économies sont de plus en plus interdépendantes : un investissement dans un État membre peut avoir de lourdes conséquences pour ses partenaires européens.

Avec ce texte, la faille est maintenant comblée. Tous les États devront être vigilants, même ceux qui n’ont pas encore de filtrage national. Ils garderont le pouvoir final d’autoriser un investissement. Mais ils ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas ! J’ai lutté pour imposer un compromis ambitieux. Ainsi, j’ai obtenu que le texte couvre un grand nombre de technologies et infrastructures, allant de l’aérospatiale à la sécurité alimentaire en passant par les médias et les batteries électriques.

Nous avons besoin d’investissements étrangers ! Mais ce dont nous ne voulons pas, ce sont les investissements étranges, qui ont pour objectif politique de nous rendre dépendants. Nous ne visons personne en particulier, mais tout le monde doit se sentir concerné. L’Europe est une formidable vitrine, pas un supermarché », a déclaré l’eurodéputé.

« Je me suis fixé deux objectifs clairs en tant que député : protéger les citoyens européens, défendre les intérêts de la France dans l’Europe et le monde. Coup double avec ce règlement, puisqu’il répond à chacun de ces objectifs », a conclu Franck Proust.

> Lire le communiqué de presse sur le site internet de la délégation française du Groupe PPE