Décembre 2018 - Janvier 2019  
 
Brexit : maintenant commence la vraie négociation
 
-

Le 22 janvier, Alain Lamassoure (Île-de-France) a réagi suite au débat sur le Brexit qui s’est tenu en commission des Affaires constitutionnelles au Parlement européen.

« Maintenant commence la vraie négociation. Il faut marquer notre fermeté et refuser toute prolongation. Le Parlement britannique ne peut pas négocier un traité international, c’est une plaisanterie !

S’il devait avoir une prolongation, il faudrait un événement politique majeur au Royaume-Uni : démission de Theresa May, dissolution du Parlement, ou nouveau référendum dont la question devra être approuvée par l’actuelle Chambre des Communes. Et ce, avant la limite extrême du 30/06.

Si l’UE accepte de retarder le Brexit sans motif politique précis au-delà du 30 juin, c’est l’UE qui attrapera la gangrène britannique, parce qu’on en sortira jamais. Le 29 mars, c’est le 29 mars. Se fixer des dates claires est une règle d’or de la méthode communautaire.

Nous devrions sérieusement étudier la formule du Groupement régional de coopération territoriale comme piste pour maintenir la coopération entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, et sauver la face sur le problème insoluble de la frontière dure. »