Décembre 2018 - Janvier 2019  
 
Vers plus de transparence dans la chaîne alimentaire
 
-

« L’adoption de ce texte doit permettre de restaurer enfin la confiance dans le travail de l’Agence européenne de sécurité des aliments et de renforcer l’analyse des risques basée sur la science » se sont félicitées, le 11 décembre, les députées européennes Françoise Grossetête (LR, Sud-est) et Angélique Delahaye (LR, Auvergne-Centre-Limousin), suite à l’adoption par le Parlement européen d’un texte qui vise à renforcer l’indépendance et la transparence des évaluations conduites par l’Agence européenne chargée de la sécurité alimentaire.

En ce qui concerne le moment de publication des études, les députées estiment que « si la transparence doit être absolument renforcée, publier trop tôt les données de nos entreprises pourrait les exposer à un vol de propriété intellectuelle. N’oublions pas que nos entreprises et nos PME font face à la concurrence mondiale. L’Europe ne doit pas être naïve et livrer notre industrie pieds et poings liés à la Chine ! »

Selon elles : « nous pouvons répondre à la volonté de nos concitoyens de savoir ce qu’ils ont dans leur assiette sans pour autant alimenter la défiance vis à vis de la science et de l’innovation ». Alors que plusieurs polémiques (entourant l’autorisation du glyphosate ou de certains pesticides) ont récemment affecté le travail de l’Agence, elles se félicitent que « ce texte donne les moyens à nos autorités réglementaires de rebâtir la confiance dans la science. »

« Les décisions doivent toujours être prises sur des bases scientifiques solides, seules aptes à nous permettre d’avoir des positions incontestables garantissant la santé publique » ont conclu Angélique Delahaye et Françoise Grossetête.