Février 2019  
 
Pesticides : la science doit être la base incontestable de toutes nos décisions
 
-

Le 12 février, Angélique Delahaye (LR, Auvergne-Centre-Limousin) est intervenue pendant le débat sur l’usage durable des pesticides, qui s’est tenu en session plénière du Parlement européen à Strasbourg.

« Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, régulièrement, en session plénière, la question des pesticides s’invite dans le débat.

Une fois de plus, certains s’ingénient à opposer agriculture et environnement, en jouant sur la peur légitime de nos concitoyens. À l’occasion de ce rapport, je souhaite redire – comme je fais depuis le début de mon mandat – que les agriculteurs sont les premiers écologistes.

Nos concitoyens ont besoin d’être rassurés sur l’utilisation des produits phytosanitaires. À ce titre, je suis convaincue que la science doit être la base incontestable de toutes nos décisions. Nous devons avoir une approche positive concernant la place de l’agriculture dans la transition écologique et son rapport aux questions environnementales.

Pour des pratiques agricoles toujours plus respectueuses de l’environnement, il est indispensable d’accompagner les professionnels. Ils doivent pouvoir disposer de solutions adaptées à chaque type d’agriculture, que ces solutions soient phytopharmaceutiques, naturelles ou de synthèse, ou qu’elles fassent appel à des méthodes alternatives.

Si ce texte respecte cette approche, je souhaite rappeler à tous et à vous, Monsieur le Commissaire, que la PAC est avant tout une politique agricole et non une politique environnementale. Pour autant, la PAC doit accompagner les agriculteurs vers la double performance économique et environnementale. La transition écologique sera réussie si elle est économiquement viable, ou elle ne sera pas. »