Avril 2014  
 
Le Parlement européen renforce la sécurité sanitaire
 
-

Le 2 avril, les députés européens ont adopté, par 548 voix pour, le rapport d’Agnès Le Brun (UMP, Ouest) relatif au financement européen des mesures sanitaires pour les animaux et les végétaux de 2014 à 2020.

Ce dossier s’inscrit dans le cadre de la réforme de la gestion européenne de la politique sanitaire, dont Agnès Le Brun a souhaité améliorer la mise en œuvre sur le terrain.

"Parler de politique sanitaire, c’est évoquer deux aspects : la surveillance, c’est à dire la prévention des crises, et ensuite la gestion même de la crise lorsqu’elle advient. Nous avons tous en tête les crises majeures qu’ont été celles de la vache folle, grippe aviaire... Elles ont ébranlé la confiance des consommateurs européens et celle de nos partenaires commerciaux" a tenu à rappeler Agnès Le Brun.

"La réforme dans laquelle s’inscrit mon rapport a renforcé l’ensemble des outils en matière de protection sanitaire, créant notamment un soutien européen aux programmes nationaux de surveillance des maladies végétales, dont la crise de la bactérie E-coli a démontré toute la gravité potentielle. La santé végétale bénéficie donc désormais d’un soutien équivalent à celui de la santé animale.

Il n’y a pas d’avenir pour nos producteurs sans la confiance des consommateurs européens dans l’alimentation qu’ils produisent, mais aussi celle de nos partenaires commerciaux, qui reconnaissent la qualité de nos productions et paient plus cher que les prix du marché pour l’acquérir. L’Union européenne se doit de maintenir cet avantage économique", a conclu le député.

> Lire l’intégralité du communiqué