Untitled Document
Untitled Document




Session de février 2020

Conclusion de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Viêt Nam

Bien que ces accords ne soient pas parfaits, j’ai approuvé la ratification des deux accords commerciaux entre l’UE et le Vietnam (libre-échange et protection des investissements). Lors de leur négociation, le Vietnam a réalisé des efforts significatifs et fait preuve de bonne volonté, notamment en matière de droit du travail par la ratification de six conventions de l’Organisation Internationale du Travail. Ces accords ont une valeur économique réelle tant pour l’Union européenne que le Vietnam. Ils constituent des opportunités d’accès aux marchés vietnamiens pour les exportateurs, les PME et les investisseurs européens et placeront le Vietnam sur le chemin de la croissance inclusive. Par le biais de ces accords, l’UE pourra davantage promouvoir et protéger les normes européennes en matière économique, commerciale et environnementale. Il sera important, et nous resterons vigilants, de maintenir un dialogue actif sur les droits de l’Homme avec l’assemblée parlementaire vietnamienne et contrôler la mise en œuvre du chapitre sur le développement durable, qui comprend des dispositions sur les critères environnementaux et sociaux. Ces critères devront être respectés par le Vietnam comme condition à l’application de l’accord.

Conclusion de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Viêt Nam (résolution)

Bien que ces accords ne soient pas parfaits, j’ai approuvé la résolution sur l’accord de libre échange entre l’UE et le Vietnam. Lors de leur négociation, le Vietnam a réalisé des efforts significatifs et fait preuve de bonne volonté, notamment en matière de droit du travail par la ratification de six conventions de l’Organisation Internationale du Travail. Ces accords ont une valeur économique réelle tant pour l’Union européenne que le Vietnam. Ils constituent des opportunités d’accès aux marchés vietnamiens pour les exportateurs, les PME et les investisseurs européens et placeront le Vietnam sur le chemin de la croissance inclusive. Par le biais de ces accords, l’UE pourra davantage promouvoir et protéger les normes européennes en matière économique, commerciale et environnementale. Il sera important, et nous resterons vigilants, de maintenir un dialogue actif sur les droits de l’Homme avec l’assemblée parlementaire vietnamienne et contrôler la mise en œuvre du chapitre sur le développement durable, qui comprend des dispositions sur les critères environnementaux et sociaux. Ces critères devront être respectés par le Vietnam comme condition à l’application de l’accord.

Accord de protection des investissements entre l’Union européenne et le Viêt Nam

Bien que ces accords ne soient pas parfaits, j’ai approuvé la ratification des deux accords commerciaux entre l’UE et le Vietnam (libre-échange et protection des investissements). Lors de leur négociation, le Vietnam a réalisé des efforts significatifs et fait preuve de bonne volonté, notamment en matière de droit du travail par la ratification de six conventions de l’Organisation Internationale du Travail. Ces accords ont une valeur économique réelle tant pour l’Union européenne que le Vietnam. Ils constituent des opportunités d’accès aux marchés vietnamiens pour les exportateurs, les PME et les investisseurs européens et placeront le Vietnam sur le chemin de la croissance inclusive. Par le biais de ces accords, l’UE pourra davantage promouvoir et protéger les normes européennes en matière économique, commerciale et environnementale. Il sera important, et nous resterons vigilants, de maintenir un dialogue actif sur les droits de l’Homme avec l’assemblée parlementaire vietnamienne et contrôler la mise en œuvre du chapitre sur le développement durable, qui comprend des dispositions sur les critères environnementaux et sociaux. Ces critères devront être respectés par le Vietnam comme condition à l’application de l’accord.

Accord de protection des investissements entre l’Union européenne et le Viêt Nam (résolution)

Bien que ces accords ne soient pas parfaits, j’ai approuvé la résolution sur l’accords de protection des investissements entre l’UE et le Vietnam. Lors de leur négociation, le Vietnam a réalisé des efforts significatifs et fait preuve de bonne volonté, notamment en matière de droit du travail par la ratification de six conventions de l’Organisation Internationale du Travail. Ces accords ont une valeur économique réelle tant pour l’Union européenne que le Vietnam. Ils constituent des opportunités d’accès aux marchés vietnamiens pour les exportateurs, les PME et les investisseurs européens et placeront le Vietnam sur le chemin de la croissance inclusive. Par le biais de ces accords, l’UE pourra davantage promouvoir et protéger les normes européennes en matière économique, commerciale et environnementale. Il sera important, et nous resterons vigilants, de maintenir un dialogue actif sur les droits de l’Homme avec l’assemblée parlementaire vietnamienne et contrôler la mise en œuvre du chapitre sur le développement durable, qui comprend des dispositions sur les critères environnementaux et sociaux. Ces critères devront être respectés par le Vietnam comme condition à l’application de l’accord.

Proposition de mandat pour la négociation d’un nouveau partenariat avec le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

J’ai voté en faveur de la proposition de mandat de la Commission européenne pour la négociation d’un nouveau partenariat avec le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Les négociations qui commenceront concrètement début mars devront aboutir à une relation aussi étroite que possible entre l’Union européenne et le Royaume-Uni en matière économique et commerciale, tout en respectant l’intégrité du marché intérieur et l’indivisibilité des libertés fondamentales de circulation. Il est par ailleurs primordial de garantir des conditions de concurrence équitables et des normes équivalentes en matière sociale, environnementale, d’emploi et d’aides d’État. Nous avons par ailleurs insisté sur l’enjeu de la réciprocité en matière d’accès aux eaux et aux marchés pour le secteur de la pêche. Je serai spécifiquement vigilante à ce que la future coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni sur le changement climatique et la protection de l’environnement soit ambitieuse et respecte l’Accord de Paris.

Banque centrale européenne - rapport annuel 2018

Rapporteur pour mon groupe politique sur le rapport annuel 2018 de la Banque centrale européenne, j’ai insisté, tout au long des négociations, pour que ce rapport soit strictement lié aux activités de la Banque centrale européenne. Il était très important de voir ce rapport bénéficier d’un large soutien lors du vote en plénière, car il est le premier document que nous transmettons, au nom du Parlement européen, à Christine Lagarde, la nouvelle Présidente de la Banque Centrale européenne. Ces recommandations devront servir de base pour un dialogue fréquent avec la commission des affaires économiques et monétaires. Dans ce rapport, j’ai notamment été vigilante sur la mention des crypto-actifs et les risques qui y sont liés, notamment le blanchiment d’argent et les cyberattaques, et j’ai insisté sur l’indépendance de la BCE ainsi que sur son mandat unique, tel qu’inscrit dans les traités, à savoir maintenir la stabilité des prix.

Le trafic d’animaux de compagnie dans l’Union européenne

Le commerce illégal d’animaux de compagnie, troisième source de trafic en Europe, a non seulement des répercussions catastrophiques sur le bien-être des animaux, mais pose également des risques en termes de santé publique et de protection des consommateurs. J’ai donc apporté mon soutien à la résolution du Parlement européen sur le trafic d’animaux de compagnie dans l’Union européenne. La résolution réclame notamment un système harmonisé européen d’identification et d’enregistrement obligatoires des chiens et des chats, première étape nécessaire dans la lutte contre le trafic d’animaux de compagnie. Par cette résolution, nous appelons la Commission européenne à élaborer un plan d’action au niveau de l’Union et l’invitons à renforcer les contrôles et les sanctions pour mettre fin à ce commerce illégal.



Session de janvier 2020

Auditions en cours au titre de l’article 7, paragraphe 1, du traité UE concernant la Pologne et la Hongrie

La résolution sur les auditions en cours au titre de l’article 7, paragraphe 1, du traité UE en ce qui concerne la Pologne et la Hongrie, présentait plusieurs difficultés aux yeux de la délégation LR-PPE. Tout d’abord, en ce qui concerne la procédure de l’article 7, celle-ci ne doit s’adresser qu’à un seul État membre à la fois. Vouloir associer la Pologne et de la Hongrie est une faute juridique, et ne conduit qu’à des approximations infondées, qui sont injustifiables sur un sujet aussi grave. Le respect de l’État de droit est un principe fondamental de notre appartenance à l’Union européenne ; le Parlement européen ne devrait pas laisser l’article 7 être instrumentalisé au profit d’un agenda politicien. Lorsqu’on constate par exemple que Malte, malgré les faits très graves qui s’y sont récemment déroulés, ne fait l’objet d’aucune procédure de ce type, cette résolution apparaît pour ce qu’elle est : un simple piège tendu pour diviser notre famille politique. Pour toute ces raisons, la délégation LR-PPE a voté contre cette résolution.

COP15 à la convention sur la diversité biologique - Kunming (2020)

Alors qu’un million d’espèces sont menacées d’extinction, leur protection doit être une priorité tout aussi absolue que la lutte contre le changement climatique. Co-rapporteure sur la résolution sur la COP 15 à la Convention sur la diversité biologique, j’ai plaidé pour que la COP15 soit l’équivalent de l’Accord de Paris sur le climat. Nous demandons à ce que ce grand rendez-vous international aboutisse à des engagements plus ambitieux et plus efficaces en faveur de la préservation et de la restauration de la biodiversité, autrement dit à adopter des objectifs réalistes mais mesurables, assortis de délais et juridiquement contraignants pour s’assurer de leur application. J’ai également veillé à ce que la résolution appelle à mieux prendre en compte la protection de la nature à l’échelle européenne. L’Union européenne doit, elle-même, adopter des objectifs juridiquement contraignants dans sa prochaine stratégie à l’horizon 2030. Aussi, j’ai tenu à accentuer l’importance du rôle de l’innovation, de la recherche et de l’éducation en demandant une augmentation de l’enveloppe d’Horizon Europe allouée aux ressources naturelles. Enfin, j’ai défendu l’importance d’évaluer de façon approfondie le rôle des villes et de mieux les inclure dans la mise en œuvre des politiques de protection de la biodiversité.

Activités du Médiateur européen - Rapport annuel 2018

J’ai voté en faveur du rapport annuel sur les activités du médiateur européen pour l’année 2018. Alors que 45% des Européens ont déclaré en 2018 ne pas connaître leurs droits en tant que citoyens de l’Union européenne, le rapport rappelle le rôle primordial du Médiateur européen dans la protection des droits des citoyens européens. Pour s’assurer que tout citoyen ait le droit de participer à la vie démocratique de l’Union, j’ai été particulièrement attentive à ce que le rapport mentionne l’importance d’une meilleure visibilité du travail du Médiateur européen auprès des citoyens. Je salue, à ce titre, la mise en place d’un nouveau site web plus fonctionnel pour les citoyens, accessible dans les 24 langues de l’Union. Afin d’accroitre davantage l’impact du travail du Médiateur européen, la coopération entre les médiateurs nationaux et le médiateur européen devra être renforcée.

Institutions et organes de l’Union économique et monétaire : éviter les conflits d’intérêts dans l’après-mandat

J’ai apporté mon soutien à la résolution sur les institutions et organes de l’Union économique et monétaire : éviter les conflits d’intérêts dans l’après-mandat. Le texte vise à dénoncer les situations de conflit d’intérêts impliquant des hauts fonctionnaires et plus précisément la nomination d’Adam Farkas, directeur exécutif de l’Autorité bancaire européenne (ABE), en tant que directeur général de l’Association pour les marchés financiers en Europe (AFME). Par cette résolution, nous appelons l’Autorité Bancaire européenne à revoir sa décision d’autoriser le départ de M. Farkas et la Commission européenne à mettre en place un cadre juridique harmonisé pour la prévention des conflits d’intérêts dans l’après-mandat.




Untitled Document