Untitled Document
Untitled Document




Session de janvier 2020

Auditions en cours au titre de l’article 7, paragraphe 1, du traité UE concernant la Pologne et la Hongrie

Je tiens à réaffirmer mon attachement aux valeurs cités à l’article 2 du traité sur le fonctionnement de l’UE (respect de l’État de droit et des droits de l’Homme), que tous les États membres, sans exception, doivent évidemment respecter.
Si certains États membres font l’objet d’une procédure d’infraction au titre de l’article 7 du même traité, d’autres États, Malte en particulier, devraient faire l’objet du déclenchent de cette procédure, afin d’examiner les circonstances relatives à l’assassinat de la journalise Daphnée Caruana Galizia et l’implication du pouvoir en place. Ce n’est pas le cas aujourd’hui et il ne peut y avoir deux poids, deux mesures.
Enfin, chaque procédure doit faire l’objet de débats et votes distincts en raison des circonstances et situations différentes. Or, la résolution commune sur la Pologne et la Hongrie présentée ce jour ne permettait pas d’avoir pas une analyse précise et différenciée de ces situations.
Pour toutes ces raisons, je me suis abstenue sur cette résolution.

COP15 à la convention sur la diversité biologique - Kunming (2020)

C’est dans le contexte des incendies en Australie que nous avons voté la résolution sur la préservation de la biodiversité en vue de la 15e réunion de la Convention de l’ONU qui se tiendra en octobre prochain en Chine. Cette résolution, que j’ai soutenue, appelle à ce que ce grand rendez-vous international aboutisse à des engagements ambitieux et efficaces en faveur de la préservation et de la restauration de la biodiversité, autrement dit à adopter des objectifs réalistes mais mesurables, assortis de délais et juridiquement contraignants pour s’assurer de leur application. Cette résolution demande également l’établissement d’un objectif de 30% de zones protégées pour 2030 et de restauration de 30% d’écosystèmes dégradés, mais pour être un succès cet objectif devra impérativement prendre en compte les spécificités de chaque État membre. Enfin sur la question des pesticides à large spectre, tel que le glyphosate, il est indispensable de travailler sur cette question et d’accompagner les agriculteurs vers des pratiques toujours plus respectueuses de l’environnement sans les laisser dans des impasses techniques.

Le pacte vert pour l’Europe

Le pacte vert a un objectif clair que je partage entièrement : faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique sans pour autant renoncer à la vitalité de notre économie et à la compétitivité de nos industries et de nos entreprises. Parmi le catalogue étendu de mesures, je salue particulièrement l’adoption d’une taxe carbone aux frontières, proposée sous la forme d’un « mécanisme d’ajustement aux frontières ». Cette barrière écologique est indispensable à la protection des consommateurs, agriculteurs et industriels européens qui ne doivent pas payer à eux seuls les conséquences d’un phénomène mondial. La création d’un Fonds pour la transition juste, avec une enveloppe conséquente, est un autre succès. Il permettra aux personnes les plus fragiles et aux territoires les moins avancés de se battre à armes égales contre le changement climatique. De même, les propositions visant à renforcer les moyens dédiés à la recherche, à l’innovation et à la création de nouveaux emplois sont également très positives. Le pacte vert européen doit désormais se traduire par des actes législatifs et nous mener à une Europe durable et compétitive par des mesures concrètes pour les territoires.




Untitled Document